CANDIDATS RECRUTEURS

NAVIGATION

POPULAIRE

1 Conseils
Les Sociétés Militaires Privées (PSCs)
2 Conseils
La reconversion des militaires
3 Conseils
La lettre de motivation

MISSION RECONVERSION

[(

Ce site est le résultat d’une initiative privée d’anciens militaires reconvertis ou en instance de reconversion apportant un éclairage éprouvé en situation réelle de recherche d’emploi.

La somme des expériences de ces hommes et femmes ayant, un temps de leur vie, servi les armes de leur pays se retrouve dans les articles et dossiers de ce site.

Totalement indépendant des organisations institutionnelles, missionreconversion.fr ne revendique aucune appartenance politique ou syndicale et ses contributeurs, issus de toutes les strates de la société militaire, peuvent transmettre dossiers, articles, expériences et points de vue.

Les pages de ce site sont également ouvertes à tous les organismes visant à faciliter la reconversion d’anciens militaires.

Missionreconversion.fr est ouvert à toutes les idées et initiatives visant à rendre la reconversion la plus réussie possible, du maître chien à l’ingénieur, du fantassin au chef d’EM, dans un esprit de coopération et de recherche d’efficacité maximum.

Missionreconversion.fr est un opérateur du secteur parmi d’autres. Il propose une grande souplesse d’utilisation. Il est ouvert à tous ceux qui souhaitent apporter leur concours - tant de façon occasionnelle que récurrente.

|couper{150}] Lire plus

Ancien militaire franchisé : témoignage

J’ai quitté l’institution militaire à l’été 2011. Cela faisait 3 ans que je réfléchissais pour me mettre à mon compte mais pour des raisons financières, aucun projet n’a abouti quand j’ai quitté l’institution. Durant 2 ans j’ai travaillé comme responsable d’un magasin d’une société de métaux mais j’avais toujours à cœur de me mettre à mon compte.

En avril 2013, j’ai été contacté par Cartridge World, leader mondial de la remanufacturation et remplissage de la cartouche d’encre pour imprimante, avec qui j’avais déjà été en relation en 2010.

Il me proposait la reprise d’un magasin en Normandie. Le projet proposé m’a semblé viable et dans mon enveloppe budgétaire. J’ai créé ma société pour reprendre le commerce et j’ai ouvert le 1er août 2013.

Pourquoi la franchise ?

J’ai retenu le concept de la franchise car le taux de réussite est bien supérieur à la création d’une société en solo. De plus une franchise est la « réitération d’un concept testé » et généralement qui a réussi. Enfin, nous sommes autonomes dans un cadre conceptuel et juridique.

Comment s’est passé le passage à l’acte ?

Il y a un gros travail en amont que l’on peut diviser en 2 phases :

1 / Le choix d’un métier ou d’un concept et le choix d’une enseigne (la franchise).

2 / La création ou la reprise d’une société

Durant plus de 3 ans j’ai lu des revues, participé à des salons de la franchise et recherché des informations sur internet.

1 / Le choix d’un métier ou d’un concept et le choix d’une enseigne (la franchise).

En fonction de mes envies et de mes MOYENS FINANCIERS, j’ai défini une « short liste » de 3 franchises dans 3 métiers différents dont Cartridge World.

Si le choix du métier est primordial, le choix de la franchise est aussi l’un des facteurs de réussite. Après avoir retenu des métiers qui me plaisaient, je me suis renseigné sur les franchiseurs, j’ai pris contact avec des franchisés puis j’ai bien étudié les documents dont le DIP (document d’information précontractuelle) des franchiseurs retenus et, en parallèle, j’ai aussi fais des recherches économique sur la région, sur les concurrents….

Le but d’un franchiseur est d’avoir des franchisés.

Mon but est d’assurer la pérennité de mon entreprise.

2 / La création ou la reprise d’une société

Bien que souhaitant reprendre un commerce, je voulais créer ma société comme support juridique et ne reprendre que le fond de commerce et la clientèle. Je ne voulais pas racheter la société existante.

Comment ai-je validé ce commerce ?

J’ai étudié l’ensemble des pièces comptables de la société support du fond de commerce qui était à vendre. Je me suis fais aider par 2 cabinets comptables dont le cabinet de la société vendeuse. De plus j’ai pris contact avec différentes banques dont la banque du cédant.

Sauf à être un expert en comptabilité, il faut se faire aider par un comptable, par un banquier, un notaire mais il ne faut pas oublier le coût de ces intervenants.

Comment ai-je créé ma société ?

Il n’y a pas un type excellent de société (SAS, SARL, EURL…) et les autres mauvais. Le choix se fait en fonction de critères personnels.

Je souhaitais créer une SAS (société par actions simplifiée) et j’avais déjà un projet de statut mais je suis passé par un cabinet comptable qui s’est occupé intégralement de création de ma société ; de l’écriture des statuts de la société à la dépose du dossier au Centre de Formalités des Entreprises (CFE) et auprès des autres organismes d’état.

Comment créer son business plan (BP) ?

On trouve des modèles de business plan sur internet mais le franchiseur en propose toujours un. Il faut l’utiliser comme base mais très souvent le franchiseur optimise trop le chiffre d’affaire (CA) et minimise les dépenses.

J’ai construit mon BP avec 3 niveaux de chiffre d’affaire et de dépenses. Le plus sûr sera celui où on aura retenu le CA le plus bas et les dépenses le plus élevées. Il ne faut pas là encore hésiter à se faire aider par un comptable, le banquier appréciera et le BP sera plus réaliste que celui du franchiseur.

Et le personnel ?

Le commerce que je reprenais était tenu par un couple. Dans ce cas, il faut demander au gérant ou directeur de la société de faire le nécessaire pour le licenciement du conjoint avant toute signature de rachat. Dans mon cas, j’ai embauché une collaboratrice en passant par la cellule de reconversion des militaires de la région. Attention, le droit du travail et très complexe, il ne faut pas hésiter à se faire aider.

Comment commencer ?

Après la signature avec le franchiseur, la recherche du local pour une création et l’accord d’une banque pour un prêt, il y a une période de formation organisée par le franchiseur. La formation dégrossit au métier et à son environnement mais elle est rarement suffisante. Il y aura un temps d’adaptation que le client doit remarquer le moins possible et qui sera le plus court possible.

90 jours, et alors ?

Pas de regret quant à ce choix de devenir mon propre patron ni du choix de la franchise. Certes, c’est un investissement financier mais c’est surtout un investissement personnel très important en temps et en termes de responsabilités sociétales vis-à-vis de sa famille et de son personnel. On ne crée pas sa société et son commerce pour « passer sa retraite et pantoufler ».

Je suis prêt à ouvrir un autre commerce ou créer une nouvelle société.

Contacter l’auteur du témoignage : informations@missionreconversion

Haut