CANDIDATS RECRUTEURS

NAVIGATION

POPULAIRE

1 Management
Management : les 6 qualités d’un militaire
2 Conseils
La reconversion des militaires
3 Armées
Qualités fondamentales du chef militaire

MISSION RECONVERSION

[(

Ce site, à l’origine, est le résultat d’une initiative privée d’anciens militaires reconvertis ou en instance de reconversion apportant un éclairage éprouvé en situation réelle de recherche d’emploi.

La somme des expériences de ces hommes et femmes ayant, un temps de leur vie, servi les armes de leur pays se retrouve dans les articles et dossiers de ce site.

Totalement indépendant des organisations institutionnelles, missionreconversion.fr ne revendique aucune appartenance politique ou syndicale et ses contributeurs, issus de toutes les strates de la société militaire, peuvent transmettre dossiers, articles, expériences et points de vue.

Les pages de ce site sont également ouvertes à tous les organismes visant à faciliter la reconversion d’anciens militaires.

Missionreconversion.fr est ouvert à toutes les idées et initiatives visant à rendre la reconversion la plus réussie possible, du maître chien à l’ingénieur, du fantassin au chef d’EM, dans un esprit de coopération et de recherche d’efficacité maximum.

Missionreconversion.fr est un opérateur du secteur parmi d’autres. Il propose une grande souplesse d’utilisation. Il est ouvert à tous ceux qui souhaitent apporter leur concours - tant de façon occasionnelle que récurrente.

|couper{150}] Lire plus

CRISE – Le chômage fait des ravages

Les chiffres du chômage ont explosé en France avec 90.200 chômeurs supplémentaires rien que pour le mois de janvier. Cette hausse fulgurante devrait se poursuivre les prochains mois et il semble que l’action gouvernementale ne soit pas en mesure d’endiguer le phénomène

(Rédaction Internationale) - Les chiffres du chômage de novembre et ses 64.000 demandeurs d’emploi supplémentaires avaient déjà battu un record vieux de 15 ans. Il n’aura fallu que 2 mois pour que celui-ci soit pulvérisé. Plus de 90.000 chômeurs de catégorie 1* sont venus s’inscrire au mois de janvier au Pôle Emploi, la fusion entre l’ANPE et les Assedic, soit une hausse de 15.4% par rapport à janvier 2008. La France compte donc 2.2 millions de chômeurs et ce n’est qu’un début. Les mauvais chiffres de janvier devraient se prolonger "pendant plusieurs mois" selon le secrétaire d’Etat à l’emploi, Laurent Wauquiez.

Pourquoi cette flambée du chômage ?

La multiplication des plans sociaux est une des causes des mauvais chiffres actuels (89.000 emplois détruits au 4e trimestre) mais pas la seule. "C’est pour beaucoup la fin d’intérims ou la fin des CDD" et "beaucoup moins les licenciements économiques, qui créent cette forte montée du chômage" a indiqué le président de l’Unedic, Geoffroy Roux de Bézieux, qui prévoit 300.000 demandeurs d’emplois supplémentaires d’ici la fin de l’année. Un autre effet secondaire de la récession est également mis en cause : l’attentisme des entreprises. Le volume des offres d’emploi a en effet diminué de 15.4% en janvier par rapport à décembre.. Le chômage touche également un type de salariés différent : "On va voir arriver des gens ayant 15-20 ans d’entreprise, peu de formation, rien à voir avec les précaires gérant une certaine flexibilité", explique Noël Daucé du syndicat SNU-FSU.

L’Etat critiqué ne change pas de cap

Pour la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, l’action gouvernementale va reposer sur les décisions annoncées lors du sommet social du 18 février et sur le plan de relance. Laurent Wauquiez met ainsi en avant l’exonération des charges sociales pour les entreprises de moins de 10 salariés effective depuis le 4 décembre et qui a permis, selon lui, la création "de 3.000 embauches par jour".

Laurence Parisot, présidente du Medef, estime que cela n’est pas suffisant et souhaiterait voir un assouplissement des lois encadrant le recours aux licenciements économiques pour les rendre plus rapides et moins facilement attaquables aux prud’hommes. Les autres mesures mises en place par l’Etat se concentrent sur le développement des services à la personne, du chômage partiel et sur le Fonds d’investissement social. Ce dernier, qui vise à la formation des chômeurs, devrait être renfloué par l’Etat "autant que nécessaire, au vu de la situation de l’emploi", a déclaré Matignon (une somme de 2.5 à 3 milliards d’euros y a déjà été allouée).

Pour Eric Heyer, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), "beaucoup de mesures sont à contretemps car décidées pendant la présidentielle quand le chômage baissait". Les syndicats critiquent également une action qu’ils jugent "insuffisante" (FO) et en "décalage criant" (CGT). Prôner le "travailler plus pour gagner plus" n’est en effet pas forcément une bonne solution quand plus de 8% de la population se retrouve sans emploi. Damien Bouhours (www.lepetitjournal.com)

Haut