CANDIDATS RECRUTEURS

NAVIGATION

POPULAIRE

1 Conseils
La lettre de motivation
2 Conseils
La reconversion des militaires
3 Conseils
Les Sociétés Militaires Privées (PSCs)

MISSION RECONVERSION

[(

Ce site est le résultat d’une initiative privée d’anciens militaires reconvertis ou en instance de reconversion apportant un éclairage éprouvé en situation réelle de recherche d’emploi.

La somme des expériences de ces hommes et femmes ayant, un temps de leur vie, servi les armes de leur pays se retrouve dans les articles et dossiers de ce site.

Totalement indépendant des organisations institutionnelles, missionreconversion.fr ne revendique aucune appartenance politique ou syndicale et ses contributeurs, issus de toutes les strates de la société militaire, peuvent transmettre dossiers, articles, expériences et points de vue.

Les pages de ce site sont également ouvertes à tous les organismes visant à faciliter la reconversion d’anciens militaires.

Missionreconversion.fr est ouvert à toutes les idées et initiatives visant à rendre la reconversion la plus réussie possible, du maître chien à l’ingénieur, du fantassin au chef d’EM, dans un esprit de coopération et de recherche d’efficacité maximum.

Missionreconversion.fr est un opérateur du secteur parmi d’autres. Il propose une grande souplesse d’utilisation. Il est ouvert à tous ceux qui souhaitent apporter leur concours - tant de façon occasionnelle que récurrente.

|couper{150}] Lire plus

Témoignage d’une reconversion sinueuse

Reproduction intégrale du post (forum-militaire.fr)

Retour d’expérience carrière militaire - reconversion : Je me suis engagé par vocation en tant que militaire du rang et suis passé par voie semi-directe sous-officier dans l’armée de terre.

J’ai servi en majorité dans les troupes aéroportées que ce soit comme militaire du rang, sous-officier, équipier GCP. Après 15 ans et demi de service, titulaire d’un BSTAT exploitation des systèmes de télécommunication, j’ai quitté l’institution plutôt par réalisme que choix du cœur.

La réalité est souvent difficile à accepter... En effet, vu les départs à cause de la limite d’age de collègues sous-officiers compétents étant d’ancien EVAT bloqués à l’avancement (souvent à cause de leur cursus et des problèmes de trop d’effectif de cadres, surencadrement), j’ai constaté que ces réalités me rattraperaient. Attendre ne ferait en fait qu’aggraver les chances de trouver un emploi. Le constat est que les employeurs préfèrent souvent plutôt embaucher des jeunes que des anciens ayant la cinquantaine voir la quarantaine. Après un bref passage dans le privé, je suis reparti dans la fonction publique d’état en tant qu’administratif. J’occupe actuellement un poste de catégorie b suite à la réussite à un concours externe.

Vu ce que j’ai pu lire sur ce forum, il existe un réel problème concernant l’offre donnée à la reconversion ou le manque de lisibilité des bureaux de reconversion. Je partage mon humble expérience si elle peut être d’une aide quelconque. Pour l’accès à la fonction publique, les concours externes semblent parfois plus justes et plus accessibles pour des bosseurs plutôt que perdre en investissement dans de nouvelles procédures sans concours réservés aux militaires. Celles-ci peuvent sembler plus limitatives ou non équitables vu le nombre de postes offerts d’après ce que j’ai pu lire sur ce forum. Serait-ce en fait un système de régulation pour éviter trop de départs. Je n’espère pas... Cela demande réflexion. Les procédures de détachement qui semblent globalement difficiles, compliquées empêchent le cumul d’une proportionnelle pour ceux qui pourrait y avoir droit avec une rémunération supplémentaire. L’ancienne formule des emplois réservés bien qu’étant en fait un concours interne déguisé pour la totalité des personnels de l’armée avait l’avantage de réserver un volet de postes pour les militaires et prenait en compte la problématique notamment ; des blessés de guerre, invalides suite à des opex...

Cette formule avait le mérite d’offrir un maximum de chance d’avoir un poste notamment pour ceux qui acceptaient de manger leur pain noir dans la banlieue parisienne voir Paris avant l’obtention plus tard d’une mutation si possible. Bien entendu la réussite aux épreuves était nécessaire et un bon résultat pour être classé en adéquation au nombre de postes offerts (ce qui s’apparentait quand même à un concours). Problème, c’est que ça a été supprimé en grosse partie. Les concours externes s’avèrent souvent accessibles plus facilement qu’on ne le pense aux militaires rodés aux nombreux examens dans leur parcours professionnel de militaire et n’empêche pas encore le cumul de rémunération ...(proportionnelle + nouvelle activité rémunérée) (conditions : moins de 25 ans de service dans l’armée, avoir moins de 40 ans, ce qui donne une proportionnelle en moyenne très faible sauf cas de certains constamment en intervention où c’est un peu mieux). Remarque pour la nouvelle activité rémunérée, il sera impossible d’avoir un taux plein pour la retraite, ce qui explique peut-être la raison de cet avantage accordé.

En fin de compte je pense qu’il faut bien réfléchir si le détachement n’est pas préférable vu que c’est une poursuite de carrière (si on garde le même échelonnement indiciaire) ou alors si le cumul est préférable avec une autre activité rémunérée. Ce sont des comptes d’apothicaires mais quant arrive le problème de la reconversion où il est parfois nécessaire de quitter sa région, s’isoler de sa famille pour l’emploi, payer un crédit, faire des allers-retours pour retrouver sa femme, ses enfants le week-end, cela a un coût.... Tout est à prendre en compte. En bref ; il ne faut pas hésiter à passer plusieurs concours externes dans la fonction publique dans diverses catégories A, B, C ce qui augmente le nombre de chance. Et pas besoin de demander l’accord de la hiérarchie... Cela ne les regardera qu’au moment du départ ou pas si en fin de contrat. (fin de contrat- chômage transitoire si pas le choix - en poste suite réussite au concours). Les autres concours dits internes ne prennent souvent en interne que ceux de leur ministère mais qui ne tente rien n’a rien. Refoulé à l’oral après la réussite aux épreuves écrites à des concours internes, j’ai opté pour le concours externe. Résultat : plus accessible le concours externe que l’interne, à rien y comprendre. Sinon le ministère de l’enseignement supérieur et la recherche recrute des contractuels, vacataires et par concours des fonctionnaires. Vu le nombre d’universités, laboratoires que cela implique sur tout le territoire français c’est également une possibilité à ne pas négliger.Bon courage pour cette étape toujours difficile : la reconversion.

Source : forum-militaire.fr

Haut