CANDIDATS RECRUTEURS

NAVIGATION

POPULAIRE

1 Conseils
La reconversion des militaires
2 Conseils
La lettre de motivation
3 Conseils
Les Sociétés Militaires Privées (PSCs)

MISSION RECONVERSION

[(

Ce site est le résultat d’une initiative privée d’anciens militaires reconvertis ou en instance de reconversion apportant un éclairage éprouvé en situation réelle de recherche d’emploi.

La somme des expériences de ces hommes et femmes ayant, un temps de leur vie, servi les armes de leur pays se retrouve dans les articles et dossiers de ce site.

Totalement indépendant des organisations institutionnelles, missionreconversion.fr ne revendique aucune appartenance politique ou syndicale et ses contributeurs, issus de toutes les strates de la société militaire, peuvent transmettre dossiers, articles, expériences et points de vue.

Les pages de ce site sont également ouvertes à tous les organismes visant à faciliter la reconversion d’anciens militaires.

Missionreconversion.fr est ouvert à toutes les idées et initiatives visant à rendre la reconversion la plus réussie possible, du maître chien à l’ingénieur, du fantassin au chef d’EM, dans un esprit de coopération et de recherche d’efficacité maximum.

Missionreconversion.fr est un opérateur du secteur parmi d’autres. Il propose une grande souplesse d’utilisation. Il est ouvert à tous ceux qui souhaitent apporter leur concours - tant de façon occasionnelle que récurrente.

|couper{150}] Lire plus

Chronique : agressivité & management d’objectif

Chronique : agressivité & management d’objectif

Agressivité et management d’objectif : mauvais ménage. Vous êtes sûr ?

Je vous propose une réévaluation de cette croyance. Dans mes propos, l’intégration de l’agressivité dans le concept managérial d’un objectif est limitée à l’utilisation mentale du terme, excluant toute manifestation de maltraitance envers autrui, mais en renfort de l’indispensable combativité pour aborder et atteindre son objectif avec le maximum de chances de son côté. C’est donc d’une agressivité à usage « intérieur à soi » dont il s’agit ici ; agressivité comme catalyseur de la combativité et non élément destructeur de rapport humain. Une attitude ponctuelle pas incompatible avec le charisme de celui qui produit cette agressivité, bien au contraire car productrice d’adhésion et de foi en la réussite de chacun à condition qu’elle ne serve que l’objectif, collectif dans le cadre de la conduite d’un plan projet par exemple ou individuel dans le cadre d’une épreuve de dépassement de soi-même (défi physique).

Je vous propose donc un condensé de réflexions à prendre en compte pour comprendre le bienfondé d’une notion émanant non pas d’un laboratoire de théorie managériale mais du laboratoire du réel, celui du vécu. Dans le cas qui nous occupe, les réflexions sont extraites de suites d’opérations militaires issues de scenarios souvent improbables et empiriques.

Ce modus operandi est basé sur un cartouche de réflexions avant actions, aux enjeux considérés comme considérables, souvent vitaux et conduites en milieux hostiles tant physiques qu’intellectuels, loin de bases de confort et de moyens logistiques sécurisants d’où toute tergiversation molle est exclue.

Réflexions extraites d’expériences en temps réel et de débriefings d’actions opérationnelles en milieux inamicaux, elles sont transposables à toute réflexion impliquant le « comment agir et pourquoi agir de façon agressive plutôt que défensive » avec pour seul but : vaincre sans risque de fourvoiement pour atteindre l’objectif avec le moins de dégâts possibles tant dans son propre camp que collatéraux.

Réflexions réputées couvrir un haut pourcentage d’incertitudes ne laissant au hasard qu’un minimum de prise et aux aléas leur inévitable part. Ce dernier point étant abordé à divers niveaux lors des formations spécifiques dispensées dans nos Écoles militaires aux futurs officiers et sous-officiers. Nous n’entrerons pas dans les détails de ces formations, longues, sélectives servant de socle à un mental particulièrement éprouvé.

L’objectif, à la lecture de ces principes, est d’en faire une trame personnelle pour tout type d’action et préparation de projet autant qu’un objet pédagogique (Immédiatement transposable sur support Powerpoint) et, plus approprié : faire appel à notre organisation pour dynamiser le cap à tenir dans le cadre d’une conduite de plan projet par exemple, ou toute action managériale continue (accompagnement) ou temporaire, dans le cadre (partiel ou non) d’un séminaire.

LE VIF DU SUJET

Les lignes qui suivent sont un condensé d’un contenu disponible avec une mise en œuvre d’un module titré " Conduite de plan projet - Plan d’actions globales)

L’agressivité n’est pas un modèle de comportement anormal. Comment l’appréhender dans le cadre qui nous occupe ?

Une certaine dose d’agressivité est nécessaire à la réussite et à l’atteinte de nos objectifs. L’agressivité et la pression des émotions sont souvent nécessaires pour atteindre nos visées. Nous devons aller vers ce que nous désirons, d’un pas agressif plutôt qu’avec une démarche défensive : aborder agressivement les problèmes.

Le simple fait d’avoir un but important est suffisant pour déclencher une pression émotionnelle dans notre « chaudière » et pour mettre en jeu des tendances agressives positives. D’où l’importance d’une bonne compréhension et visualisation de l’« objet désiré » : la victoire.

Il s’ensuit des troubles si nous sommes bloqués ou frustrés dans l’accomplissement de notre projet. La pression émotionnelle est alors barrée et va chercher une voie de sortie mal dirigée ou inutilisée, elle se transforme alors en force de destruction et déséquilibre l’ensemble managérial d’un projet ou d’une mission, le « y aller à reculons » illustre bien ce processus.

Si les objectifs sont irréalisables et impossibles, « essayer plus fort que jamais » est un leurre porteur de force destructrice, de désillusion et de déception. Alors ? Alors on ne fait pas ! ou on fait autrement. C’est cette part d’agressivité qui nous autorisera à nous mettre en travers d’une mission aux objectifs impossibles à tenir. Assumer une défaite programmée n’est pas très glorieux et d’en porter le chapeau plus risqué.

Se cogner la tête contre les murs et se figurer inconsciemment que la solution aux problèmes est de cogner encore plus fort illustre bien cette force de destruction.

Agressivité & crise : répondre au défi de la situation plus qu’à la menace

Pour bien nous comporter nous devons acquérir une certaine compétence dans des conditions qui ne soient pas trop menaçantes. Nous avons besoin de nous exercer sans qu’il y ait de pression extérieure : nous habituer à réagir aux crises par une attitude agressive et non pas défensive, à répondre au défi de la situation plus qu’à la menace, à garder notre but positif présent à l’esprit.

Ne pas se faire une montagne d’un rien.

Apprendre à ramener les soi-disantes situations de « crise » à leur juste proportion et ne pas agir comme si le moindre défi était une question de vie ou de mort. « Se faire violence » pour y parvenir est aussi une action de soulagement interne.

La réussite, les actions, se partagent : nous ne sommes jamais totalement seuls.

Les « autres » : source d’enrichissement

J’essaie de développer une appréciation authentique envers les autres. Je prends le temps de m’intéresser aux opinions des autres, à leurs points de vue, à leurs désirs et besoins. J’agis comme si les autres étaient importants et les traite en conséquence. J’ai de l’attention pour leur sensibilité car nous avons tendance à ressentir les gens selon la façon dont nous les traitons.

Pourvoir aux moyens lorsque le but est fourni.

C’est dans l’humour et l’audace de l’imagination que le processus créateur se manifeste le plus clairement.

Notre mécanisme interne de succès doit avoir un but ou une « cible » perçu comme « existant dès maintenant », soit réellement, soit potentiellement. Il vous dirige vers un but bien réel, soit vers la « découverte » de ce qui existe déjà. Pensons à la finalité, et souvent les moyens se mettront en place d’eux-mêmes.

Gagner / Vaincre :

Gagner

On gagne au jeux de grattage. On gagne des points de fidélité au super marché. On gagne un match - assis dans son fauteuil. On gagne par chance. On gagne de l’argent sans nécessairement d’engagement préalable Etc. etc.

Vaincre, la dimension est tout autre. 5 raisons d’y aller d’une démarche agressive, car vaincre sous-entend :

1. un combat 2. un défi 3. un engagement 4. une prise de conscience 5. un enjeu

Il n’y a que peu de hasard dans la victoire. Il n’y a que la mise en jeu de forces et de ressources mentales pour atteindre un but.

Les basiques de la victoire

Visualiser la situation idéale, et telle que souhaitée, la vivre dès les premiers instants

Vers la victoire :

Nommer les buts intermédiaires et l’objectif terminal

Leur donner corps :

Extrapoler les actions de la réalisation en les imaginant toutes.

Comment ?

Je pense en terme de possibilités pour que cela réussisse, c’est à « moi » de fournir le but qui soit capable d’éveiller mon mécanisme créateur. Je dois considérer le résultat final comme s’il était une possibilité déjà présente. La possibilité de l’accomplissement du but doit être perçue si clairement qu’elle en devient « réelle » pour mon cerveau et tellement réelle qu’apparaissent les mêmes sentiments qui seront présents lors de la réalisation du but.

(à suivre…)

Jacques Trappler

Haut